close
Techno

Comment éviter de crasher mon drone?

A force d’entendre vos mésaventures, j’ai eu envie d’écrire cet article 🙂 Bon, d’accord, je le reconnais, j’ai moi même déjà eu une perte à mon effectif !
Bref, aujourd’hui, c’est vraiment facile de piloter un drone. Mais il faut respecter quelques règles si vous voulez éviter qu’il finisse à l’eau, ou dans un arbre 😉 

Les calibrations :

Les drones se fient à tout un tas de capteurs électroniques pour se stabiliser. Ainsi, il est vraiment important d’effectuer différentes calibrations pour éviter les mauvaises surprises. Sur les drones DJI, il faut calibrer :

  • L’IMU (inertial measurement unit) : c’est ce qui mesure les mouvements du drones grâce à des accéléromètres. A calibrer dès sa sortie de la boite à l’achat, et aussi après chaque mise à jour du firmware.Si vous êtes perfectionniste comme moi, vous pouvez faire cette calibration « à froid ». Cela permet d’accélérer les futurs démarrages du drone (phase « initialisation de l’IMU »).
    Et donc, pour réaliser cette calibration à froid, personnellement, je met mon drone…. au frigo 🙂 🙂  Entre le fromage et les bières 😉 Ne rigolez pas, ça marche vraiment mieux après !
  • La télécommande : à calibrer après chaque calibration de l’IMU.
  • La nacelle (gimbal) : là il n’y a pas vraiment de risque de crash si elle est mal calibrée, mais l’horizon sera de travers. Idem, à calibrer après chaque calibration de l’IMU.
  • Le compas : Saviez vous qu’il faut calibrer le compas dès que l’on se déplace de plus de 80km  ?
    En plus, ce capteur est très sensible aux champs magnétiques, donc il faut le calibrer loin de toute interférences magnétique : ligne à haute tension, objet métallique (barrière, grillages), route, construction, etc…
    Une fois, j’ai eu le malheur de calibrer mon compas au sommet d’une montagne, à côté d’une grande croix en fer. J’ai failli perdre mon drone ! Il faisait des cercles en l’air, le fameux Toilet Bowl Effect. Je ne vous raconte pas l’horreur pour le poser !
    Bref, DJI recommande de se trouver à au moins 10m du premier objet métallique.
    Attention aussi aux bijoux (bagues, gourmettes), qui peuvent aussi fausser cette calibration.

Voici le fameux sommet qui a voulu la mort de mon drone : 

 

Le Return to Home

Vous connaissez le RTH (return to home) ? C’est une cause de crash fréquent !

Imaginez, vous passez derrière une colline, la liaison entre le drone et la télécommande est brusquement interrompue. Le drone initie alors un RTH automatiquement : il monte à l’altitude de RTH réglée, se tourne vers son point de départ et y retourne tout seul comme un grand.
Problème : si l’altitude de RTH est trop faible, le drone va foncer droit dans la colline. Et la.. BOUM !

Personnellement, je règle mon altitude de RTH à 100m (contre 30m d’origine) pour éviter ça.
Bref, foncez vers vos télécommandes, et changez moi vite ce paramètre !

Les drones récents (P4, P4P, Mavic) ont des capteurs d’obstacles, et peuvent donc monter pour éviter des obstacles sur le chemin du RTH. Ils peuvent aussi faire un RTH « intelligent », à savoir revenir sur leur pas sur la même trajectoire qu’à l’aller.

Himba Namibie

Le Vent

Ce paragraphe risque de faire débat. Je vous donne ma technique personnelle, mais sachez qu’elle peut être dangereuse pour vous si vous n’êtes pas vigilant. Quand il y a du vent, il y a un gros risque que votre drone se retourne au décollage. Personnellement, je fais toujours décoller et atterrir mon drone à la main.
C’est à dire que je me met dos au vent, le drone au dessus du moi, la main bien à coté des capteurs de détection d’obstacles, et je le fais décoller.
Même chose pour l’atterrissage.
Ca évite aussi que les moteurs du drone prennent la poussière.

Le Vol Automatique

Lors de l’utilisation de ces modes de vol (POI orbit, active track), le drone se déplace sans donner de commande. Il peut se retrouver à voler « en crabe » ou en marche arrière : dans ce cas les détecteurs d’obstacle seront inopérants (sauf sur le P4Pro qui a des capteurs tout autour).

Pour éviter de se crasher, bien repérer le bouton « pause » sur votre télécommande, qui immobilisera instantanément le drone lorsqu’il s’approche un peu trop près d’un arbre…

 

Les oiseaux

Les vidéos ne manquent pas sur la toile : méfiez vous des rapaces, des mouettes… bref de tout ce qui a des plumes  😉

 


Et voila !
C’est un peu plus clair? Vous avez des questions? Venez en discuter sur ma page Facebook, je répond toujours dans la journée ! Et p
ensez à lire mon article « QUEL DRONE CHOISIR » si vous voulez investir.
Tags : crashdrone
Isa

The author Isa

Leave a Response