close
Destinations Monde

Randonnées en Equateur

Randonnées en Équateur

J’adore visiter un pays par la randonnée, que ça soit pour voir les grands points touristiques, mais aussi pour me perdre et m’immerger complètement dans une nouvelle culture.
Des Galapagos aux Andes, je vous parle des randonnées classiques en Équateur, mais aussi des balades secrètes, hors des sentiers battus !

Arrivée à Quito, en route pour l’aventure !

L’Équateur est un petit pays qui propose un condensé de paysage différents assez incroyable : l’Amazonie et sa jungle, les Andes et leurs volcans enneigés, l’archipel des Galápagos et sa vie animale à profusion. Pour ce trip de 3 semaines en Équateur, je me suis concentrée sur les Andes et les Galápagos.

J’ai choisi de prendre une voiture de location pour plus de flexibilité. Si vous avez un peu l’habitude de conduire dans les pays d’Amérique du Sud, cela ne devrait pas poser de problème. J’ai choisi un SUV pour environ 700 euros les 2 semaines : et je n’ai pas regretté une seule seconde !

Pour dormir à Quito, je ne peux que vous conseiller chaleureusement cette maison d’hôtes. Super bien placée avec une vue incroyable sur toute la ville et très chaleureuse. David le gérant saura même vous donner des petits conseils en Français.

Chimborazo Equateur

La boucle de Quilotoa : une randonnée en 3 étapes très facile

Afin de m’habituer en douceur à l’altitude, je décide de commencer mon périple par la boucle de Quilotoa, à 3h de route de Quito. Cette randonnée située entre 3000 et 4000 mètres d’altitude permet de s’acclimater progressivement, et aussi d’en prendre plein les yeux.

Une randonnée hors des sentiers battus en Équateur

La boucle de Quilotoa est le nom donné à cette randonnée de 3 étapes : SigchosIsinliviChugchilanQuilotoa. C’est un itinéraire que je vous conseille absolument : j’ai vraiment adoré cette randonnée hors des sentiers battus en Équateur, car elle permet de passer dans des villages un peu hors du temps, coupés du monde. C’est une expérience très typique à vivre absolument, loin des sites touristiques.

Je vous conseille vivement de faire cet itinéraire dans le sens de la montée, en partant de Sigchos (3000m), pour aller jusqu’à Quilotoa (3914m). Déjà, vos genoux vous remercieront. Ensuite, c’est quand même la lagune de Quilotoa le clou du spectacle, la récompense de ces 3 jours de marche.

Quilotoa Equateur

Quel matériel prendre pour cette randonnée en itinérance ?

Difficile de choisir sa tenue pour randonner en Équateur. Les mâtinées sont fraiches, puis la chaleur écrasante s’installe, et la pluie pointe souvent son nez vers 16h. Prenez donc un short et t-shirt pour vos randonnées, mais également une polaire, une première couche, et un long en bas pour les soirées. N’oubliez pas la goretex, même si la pluie est généralement assez ponctuelle : 16h.

J’avais pris des chaussures de randonnées : elles se sont avérées être complètement inutiles sur ce parcours. J’aurai été bien plus à l’aise en baskets ! Le sentier est relativement roulant, il y a beaucoup de piste, et les parties techniques sont souvent en montée.

Quilotoa Equateur

Première étape : Sigchos-Isinlivi : 10km, 500D+, 3h20

J’ai laissé ma voiture de location et mes affaires dans un hôtel proche de Quilotoa, et j’ai pris un taxi direction Sigchos. Je l’ai payé 30USD mais je pense que vous pouvez obtenir un bien meilleur tarif : c’est le problème quand on parle très mal Espagnol comme moi !

Cette première étape est bucolique à souhait : vous allez traverser des villages, voir des tonnes d’animaux super mignons, rencontrer des familles de Quechuas en train de travailler dans les champs… Le sentier est plutôt bien indiqué, des panneaux rouge et jaune jalonnent le chemin : impossible de se perdre !

Isinlivi est un tout petit village, mais vous y trouverez tout de même des petits magasins pour vous acheter de quoi manger. J’ai choisi de dormir à l’Hostal Taita Cristobal : même si l’hôtel ne paye pas de mine depuis la rue principale, il possède en réalité une vue incroyable sur toute la vallée. Le gérant est vraiment super sympathique et aux petits soins, les chambres sont propres, avec de l’eau chaude et des tonnes de couverture. La nourriture y est également délicieuse ! J’ai vraiment adoré cette première nuit dans ce petit village hors du temps.

> Disponibilités et réservations : Hostal Taita Cristobal

Deuxième étape Isinlivi-Chugchilan : 12km, 760D+, 4h

La deuxième étape de cette randonnée commence par une descente vers un canyon : un vertigineux pont suspendu vous attend en bas. Courage à ceux qui ont le vertige !

Vous allez ensuite traverser un mignon petit village, avec son école et son église. Prenez des forces et gardez de l’eau car une grosse remontée vous attend. Profitez du magnifique point de vue sur toute la vallée avant de retrouver la route quelques kilomètres avant Chugchilan.

J’ai passé ma nuit à L’Hostal Cloud Forest : l’hôtel est situé sur le bord de la route, mais une belle cours intérieure vous permet de profiter du calme, et d’admirer les chevaux paître dans le champ voisin. Ce sont d’ailleurs les gérants qui ont balisé le sentier de randonnée ! N’hésitez pas à leur poser toutes vos questions. Vous trouverez également tout ce qu’il faut dans le village pour vous restaurer : superette, restaurant, boulangerie…

> Disponibilités et réservations : Hostal Cloud Forest

Troisième étape Chugchilan-Quilotoa : 12km, 1070D+, 4h30

La troisième étape de cette randonnée est la plus difficile, mais rien d’insurmontable ! Vous avez le choix entre deux parcours : un “extrême” qui vous fait redescendre dans la vallée, ou le “classique”, passant par une cascade. J’ai choisi la seconde option car elle me semblait plus visuelle : finalement la cascade était à sec. Dommage !

L’arrivée sur la lagune de Quilotoa est splendide : récompense bien méritée. S’il vous reste des forces, vous pouvez choisir d’en faire le tour complet avant de retrouver le village de Quilotoa.

Je n’ai pas trop aimé les hôtels à Quilotoa : trop touristique, peu conviviaux, pas très beau. Je n’ai aucun conseil à vous donner, essayez peut-être de trouver une maison d’hôte à proximité !

Le Cotopaxi : randonnées, VTT, et rencontres cornues

Comptez 3h de route entre Quilotoa et le Parc National du Cotopaxi.

Le Cotopaxi est le plus haut volcan actif de l’Équateur : malheureusement je n’ai jamais pu le contempler. Il est toujours resté dans la brume. Ainsi, je n’ai pas vraiment été tenté par son ascension.

Je me suis fait plaisir sur l’hébergement et j’avais choisi de rester dans la magnifique Hacienda el Porvenir. J’ai choisi ce lodge car il propose également des randonnées en VTT et à cheval : les sentiers sont variés et les parcours super sympas.

Si vous recherchez quelque chose dans un budget plus modeste, allez voir du côté du Secret Garden Cotopaxi , j’en ai entendu beaucoup de bien !

J’ai voulu tenter l’ascension du Rumiñahui (4721m) en partant directement du lodge : quelle erreur !  La randonnée a failli tourner au drame !
Je me suis fait courser par des vaches, ou plutôt des taureaux !

J’avais beau quitter le sentier et contourner le troupeau, ils venaient toujours vers moi. Je me suis vite retrouvée encerclée, et bloquée au sommet : l’enfer ! Pas de réseaux, un petit vent frais, un orage qui s’annonce, je n’avais vraiment pas envie de passer la nuit là.

Heureusement j’avais le drone sur moi, j’ai pu le lancer et faire descendre le troupeau dans le vallon une fois, puis encore une seconde fois car le troupeau me fonçait dessus dès que j’arrêtais !
C’est donc en trottinant comme je peux, tout en gardant le drone au-dessus du troupeau que j’arrive finalement à me mettre en sécurité.

En bas je croise un panneau indiquant que le terrain est dangereux et interdit à cause des « taureaux de combats ». Ça aurait été mieux de le mettre sur le sentier à l’aller.

Bref, si vous voulez tenter l’ascension du Rumiñahui, empruntez plutôt le chemin classique qui part du parc National du Cotopaxi.

Baños : changement de paysage !

Après cette étape montagnarde, j’avais envie de chaleur : direction Baños et ses 1820m d’altitude pour une étape très dépaysante : ici, le paysage change radicalement, on se retrouve en pleine jungle !

J’ai un super plan logement si vous passez par Baños : l’hôtel Finca Chamanapamba Guest House ! Cet hôtel a été un énorme coup de coeur pour moi : il est composé de splendides cabanes en bois perchées dans les arbres, le tout à deux pas d’une impressionnante cascade hors des sentiers touristiques : Ulba. Attendez-vous à être seuls au monde !

Au contraire, j’ai beaucoup moins aimé la très fameuse cascade Pailón del Diablo, car il y avait beaucoup trop de monde. D’ailleurs, n’y allez surtout pas un weekend !

Beaucoup de gens font la route des cascades en vélo, mais cela ne me tentait pas du tout :  vous roulez au milieu des voitures, c’est franchement dangereux. Vous allez vite comprendre que le style de conduite en Équateur est assez spécial, mieux vaut avoir le coup de volant prompt.

Niveau randonnée, vous pouvez tenter l’ascension du Tunghuraua si vous êtes en grande forme. Comptez tout de même 7h pour cette grosse randonnée de 2300D+ ! Le sommet est impressionnant, il y a des fumeroles un peu partout, c’est franchement hostile. Vous trouverez un refuge à mi-hauteur, mais celui-ci est rarement ouvert.

Et après l’effort, direction une des nombreuses stations thermales de Baños !

> Disponibilités et réservations :l’hôtel Finca Chamanapamba Guest House !

Banos Equateur

Le Chimborazo, ma plus belle étape !

Il faut comptez 2h de route depuis Baños pour rejoindre le Chimborazo. D’ailleurs ce sommet est considéré comme étant le plus haut du globe avec ses 6310m, du fait que la terre est légèrement ovale ! Attendez-vous à cracher vos poumons.

J’ai adoré mon étape au Chimborazo Lodge, c’est de loin ma préféré. Déjà, la décoration est juste sublime dans ce lieu tenu par un amoureux de la montagne : ma chambre ressemblait à un musée !

Ensuite, le lieu est vraiment incroyable : des lamas tout duveteux dans le jardin, le Chimborazo en toile de fond, des vigognes par centaine si on s’aventure un peu sur les sentiers ! D’ailleurs il y a des nombreuses randonnées qui partent directement du lodge : je vous conseille de faire celle menant à la grotte Inca, le parcours vous fera traverser des montagnes multicolores absolument sublimes !

Vous serez également à quelques minutes du Parc National du Chimborazo, et vous pourrez en profiter pour faire la petite randonnée jusqu’à la petite laguneCondor Cocha”, située à 5100m. Malheureusement cette randonnée est très touristique en Équateur, et vous ne pourrez pas aller plus loin que la lagune sans un guide.

> Disponibilités et réservations : Chimborazo Lodge

Dormir chez les quechuas, une expérience à vivre !

Pour ma dernière nuit dans les Andes, j’ai eu envie de dormir dans une ferme tenue par une famille de Quechuas. C’est Philippe, de l’agence Capac Nan qui m’a organisé cette excursion, et j’ai vraiment adoré ! Fabrication de tortillas, tonte du lama, visite du potager : j’ai pu vraiment partager le quotidien de la famille. L’hébergement n’était pas du tout rustique pour autant : il y avait de l’eau chaude, la chambre était très propre, et il y avait tout plein de couvertures !

Partir aux Galapagos : l’île d’Isabela

Après ce périple de deux semaines en Équateur, je suis partie passer 4 jours aux Galápagos. J’ai choisi l’ile d’Isabela, qui me semblait être la plus sauvage.

Je vous conseille de louer des vélos dès votre arrivée : vous apprécierez votre liberté, l’île est grande et il y a beaucoup de choses à voir !

De nombreuses agences vous permettront de booker des excursions, voici les deux que je vous conseille vraiment de faire :

  • La randonnée jusqu’au volcan, où vous pourrez admirer le deuxième plus gros cratère au monde
  • La sortie Los Tuneles : une de mes plus belles sortie snorkeling : requins, otaries, raies manta, pingouins… vous allez en prendre plein les yeux !

Avec votre vélo, partez explorer le parc des tortues, grimpez jusqu’au mur des larmes, allez faire du snorkeling à la Cuncha de Perla, partez admirez les otaries au port. Attention si vous décidez de nager avec elles, sachez que les mâles peuvent être agressifs et les morsures sont fréquentes et dangereuses.

Niveau hébergement, j’étais à L’hôtel La Jungla, un peu en dehors de la ville, avec une superbe vue sur la plage, à deux pas des iguanes géants. Gros coup de coeur pour cet hôtel qui a en plus un rapport qualité prix battant toute concurrence. Le gérant est incroyablement gentil, parle parfaitement Anglais, et vous dépannera !

> Disponibilités et réservations : Hôtel La Jungla 

Informations pratiques avant de partir randonner en Équateur

Quand partir pour randonner en Équateur ?

On peut partir randonner en Équateur toute l’année ! De Juin à Aout, vous aurez un ciel clair et de belles conditions, mais attention au vent qui peut être fort. De Novembre à Mars, moins de vent, mais attendez-vous à avoir de la pluie.

Avoir un GPS offline pour ne pas se perdre

Il y a une application que j’adore et qui vous sera vraiment utile et GRATUITE. MAPS.Me : un GPS Offline ! Le principe est simple, vous téléchargez en avance la carte de votre prochaine destination, et du coup une fois là-bas vous bénéficiez d’un GPS même sans connexion internet sur votre téléphone. En plus des itinéraires voitures, vous avez aussi tous les sentiers de randonnées, avec calcul d’itinéraire et de dénivelé !
maps-me_logo

 

Organiser un trip en Equateur

Je vous ai donné envie de partir en Équateur mais vous n’avez pas le courage d’organiser vous même votre aventure ? Vous pouvez contacter de ma part les yeux fermés Philippe de l’agence Capac Nan: ce français installé en Équateur depuis 10 ans connait très bien le pays.

Bien choisir sa tenue pour partir randonner en Équateur

Voici les essentiels que je vous conseille de prendre avec vous !

  • Un buff en laine de Mérinos : à la fois super chaud et super léger, mais surtout, il sent toujours bon ! Parfait pour randonner pendant des semaines !
  • Des bonnes chaussettes : super important pour ne pas avoir d’ampoules ! Personnellement, je me fournis chez Monnet Sport : c’est français et c’est un super rapport qualité prix !
  • Une veste hardshell : j’aime beaucoup celle-ci de la marque La Sportiva car elle est super légère, et respirante. Je m’en suis servie tous les jours !
  • Une polaire toute douce et ultra légère, que l’on ne voudrait jamais quitter : le top du top, c’est la Haglofs Sensum !
  • Des lunettes de soleil : attention, vous êtes sous l’équateur et le soleil est super agressif. J’ai choisi le modèle Monterosa de chez Julbo car je suis vite sujette aux migraines en montagne, et il est assez couvrant sur les côtés, le tout avec des verres photochromiques.

Si vous avez des questions, je réponds toujours dans la journée sur ma page Facebook 🙂 Retrouvez d’autres photos et venez aussi me faire un petit coucou sur Instagram 🙂

A bientôt?

Isa

Tags : Equateurtrailtrekvoyage
Isa

À propos de l'auteur Isa

Ingénieur informatique, j’ai décidé il y a deux ans de changer de vie. J’ai plaqué mon métier et j’ai commencé alors à parcourir le monde, devenant peu à peu photographe, vidéaste, puis blogueuse !

Viens papoter !